D’ici 2050, notre soleil devrait être exceptionnellement « frais », causant un refroidissement et perturbant encore plus la couche d’ozone.